À propos

Docteur en sociologie de l’Institut d’études politiques de Paris (2010), diplômé par ailleurs de cette école (2005), je suis actuellement maître de conférences à l’université de Lille, rattaché à l’équipe « Cultures et sociétés urbaines » du Centre de Recherches Sociologiques et Politiques de Paris, le Cresppa-CSU (UMR 7217). Je suis par ailleurs directeur de publication de la revue Contretemps et membre du comité de rédaction de la revue Sociétés contemporaines

Mes recherches portent en particulier sur les modes de production et de légitimation de l’inégalité (de classe, de genre et de race), sur les trajectoires scolaires et socioprofessionnelles des jeunes appartenant aux classes populaires, sur les transformations contemporaines du système d’enseignement, notamment en tant qu’elles affectent la construction des inégalités, mais également sur les mécanismes de disqualification des classes populaires et les résistances qu’ils suscitent. J’ai notamment publié sur ces questions le livre La domination scolaire. Sociologie de l’enseignement professionnel et de son public (Presses Universitaires de France, 2012).

Je suis membre du collectif Acides (Approches Critiques et Interdisciplinaires des Dynamiques de l’Enseignement Supérieur), qui travaille sur les logiques et effets des politiques néolibérales imposées à l’enseignement supérieur. Formé d’économistes et de sociologues, ce collectif a notamment publié un livre aux éditions Raisons d’agir intitulé Arrêtons les frais. Pour un enseignement supérieur gratuit et émancipateur, dont on pourra lire l’introduction ici.

Je travaille en outre sur la dynamique néofasciste, en particulier sous l’angle de l’analyse des effets politiques des contre-réformes néolibérales, du processus de durcissement autoritaire des États capitalistes, de l’aiguisement des nationalismes sous l’effet de l’intensification du racisme (en particulier de l’islamophobie), des théories du fascisme, et de la sociologie de l’extrême droite contemporaine. Je viens de faire paraître sur ces questions un livre aux éditions la Découverte, qui s’intitule La possibilité du fascisme. France : trajectoire du désastre.

J’ai enfin contribué à la traduction du livre de Michael Burawoy Conversations avec Bourdieu (ainsi qu’à l’introduction de l’ouvrage), publié récemment aux éditions Amsterdam. Et je travaille actuellement à la traduction du livre Class Counts d’Erik Olin Wright, grand sociologue états-unien spécialiste des classes sociales, traduction qui sera publiée à l’automne 2020, là encore aux éditions Amsterdam, dans la collection « Lignes rouges » que je co-anime avec Alexis Cukier, Isabelle Garo, Stathis Kouvélakis et Laurent Lévy. J’ai par ailleurs traduit de nombreux textes de l’anglais et du portugais.

Photo : Raphaël Schneider (Hors-série).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s